Je vous emmène au Sénégal, plus précisément à Dakar, la capitale. Du 28 au 6 Décembre, des blogueurs originaires de 24 pays francophones y avait séjourné.

L’ÉVÉNEMENT?

  • La quatrième édition de la formation des blogueurs de Mondoblog-RFI 

Sans doute, vous vous posez la question : Comment on va entreprendre ce voyage?

Je vous présente notre guide:

12307454_1488822278092808_7170342146840897867_o
Caricature de Widlore Mérancourt par Jeff Ikapi, un des Mondoblogueurs.

Avec ce talentueux blogueur, nous allons effectuer ce voyage au Sénégal et découvrir les coulisses de la formation MONDOBLOG.

C’est parti!

Cœur et Plus: Haïti a été l’un des pays les mieux représentés au programme de formation numérique de MONDOBLOG, qui s’est déroulé à Dakar. Es-tu d’accord avec cette phrase?

Widlore M. : En effet. On a été en tout sept (7) blogueurs haïtiens à participer a la formation Mondoblog au Sénégal cette année. Malheureusement, il n’y avait qu’une fille, Emma Lucien à être sélectionnée. Je fais le vœu d’une participation plus nombreuse à l’avenir des femmes haïtiennes dans le blogging en général et sur Mondoblog en particulier.

Cœur et Plus: Quel est l’objectif de cette formation?

Widlore M. : La formation annuelle Mondoblog vise à renforcer les capacités des blogueurs de la plateforme. Elle traite de la maîtrise des de rédactions sur le web, des réseaux sociaux, du référencement ( SEO), de la photographie, de la vidéo, des questions de sécurités informatique et de la déontologie du blogueur. Parallèlement, elle est aussi un prétexte  pour les heureux sélectionnés de découvrir un pays d’Afrique, faire du réseautage et parfaire leur rapport à l’altérité. Le contenu des cours est donc aussi importante que les savoureux mots en Wolof, les pépites de la culture sénégalaise, la goûteuse cuisine locale, la politique…etc

Cœur et Plus: Qu’est-ce-que cela va changer concrètement dans ta manière d’exercer le blogging?

Widlore M. : C’est au contact de l’autre qu’on apprend le plus sur soi même, j’ai réalise que bloguer sous d’autres cieux, peut être la condition d’une privation de liberté quand elle ne conduit pas à un sort funeste. Ce qui évidemment renvoie le blogueur à la notion de responsabilité. Nous ne sommes pas des journalistes, mais nous devons constamment veiller à inscrire nos propos dans la légalité et une certaine éthique. Toute liberté déréglée porte en elle les germes d’un virus liberticide délétère pour le corps social. De plus, j’ai appris que sur internet, la forme est tout aussi importante, sinon plus que le fond. Il est donc nécessaire d’être rigoureux en ce qui a trait à la régularité des publications, au choix des titres de billets et aux partages sur les réseaux sociaux. Bien écrire n’a jamais suffit pour être lu sur internet.

Cœur et Plus: Tu peux résumer ton blog en quelques lignes? Quels sont les sujets que tu abordes en général?

Widlore M. : J’ai intitulé mon blog « Encrier ». Moins parce que je suis originaire de la cité des poètes (Jérémie) que pour la citation « L’encrier brisera les canons » de Victor Hugo. J’y publie mes réflexions sur les soubresauts politiques et sociaux en Haïti. Sachant qu’une histoire intrigante a plus de chance de faire de l’impact qu’un long texte obscur et alambiqué, j’essaie depuis peu de m’essayer à la fiction sociale.

Cœur et Plus:  Est-ce que tu as une idée sur les critères de sélection pour cette formation Mondoblog?

Widlore M. : À la base, tous ceux qui sont présents sur la plateforme Mondoblog sont des gagnants. Ils ont été sélectionnés sur un concours redoutable mené par l’équipe de l’émission Atelier des Medias de la RFI. Depuis peu, certains anciens blogueurs de la plateforme sont par ailleurs impliqués dans le processus. Les recrûs de cette étape sont assistés et formés pendant des mois par l’équipe de la plateforme sur l’organisation de leurs blogs, les principes de base du blogging, etc.
Par la suite, la régularité et surtout la qualité des publications entre autres déterminent ceux qui assisteront à une formation en présentiel dans un pays d’Afrique.

Cœur et Plus:  Qu’est-ce qui a joué en faveur d’Haïti ? Pourquoi avons-nous plus d’invités que la plupart des autres pays participants ?

Widlore M. : Parce qu’on est les meilleurs (rire). Plus sérieusement, internet a libéré la parole en Haïti. Avec plus d’un million d’internautes dont la majeure partie est des jeunes, la liberté d’expression en ligne est devenue un exutoire aux frustrations sociales de toute sorte. À voir le succès de plateformes de blogging participatives comme Ayibopost, et la qualité des interventions d’analyses de la conjoncture politique ou de fiction qui y est publié, je pense qu’on peut commencer à étudier l’influence de ces nouveaux personnages publics dont le pouvoir sur l’orientation de l’opinion va grandissant.
Par ailleurs, la communauté des blogueurs haïtiens est très importante et active sur Mondoblog. Quand on ajoute le fait que certains contributeurs comme moi n’ont pas participé aux précédentes éditions de la formation à cause des difficultés administratives, ça fait potentiellement beaucoup du monde à inviter.

Cœur et Plus:  Bloguer, ça représente quoi pour toi?

Widlore M. : À la base, j’écris pour ne pas oublier. Dans ce monde ultrarapide de l’infobésité et du zapping, la mémoire, assaillie de futilités, s’étouffe dans une congestion ou l’utile côtoie le superflu quand le second ne devient pas plus important que le premier. Écrire dans ce contexte devient un marqueur de temporalité, une trace claire et nette autour d’un fait, d’un évènement ou d’une actualité.
J’écris aussi pour interpeller. Parce que la violence n’est rien d’autre que la défaite de la parole, j’essaie d’utiliser ma liberté d’expression pour attaquer les maux de mon époque que sont l’intolérance, l’ignorance, la superstition, l’incompétence érigée en norme, etc.

Cœur et Plus:  Widlore…Une brève description de toi ?

Widlore M. : Que dire ? Je suis né à Jérémie un dimanche sombre de janvier 1992. Passionné de lecture, de discussion et d’écriture je suis au stade de la rédaction de mon mémoire de sortie en tant qu’étudiant en Sciences Juridiques à l’Université Publique du Sud aux Cayes. Membre régulier de différentes associations sociales notamment du Rotaract Club des Cayes, j’anime dans cette ville depuis 2012 des émissions télévisées de débat politique très prisées localement. J’œuvre également pour le respect des droits de l’homme et l’implication des jeunes dans la gestion de la cité.

Cœur et Plus:  As-tu de nouveaux projets à la suite de cette formation ?

Widlore M. : Trop de projets nuisent parfois à l’efficacité. Obsédés par le futur et ses mirages, nous oublions souvent de visiter le passé, ce jardin secret où sommeille, enfouis sous les remords amers ou la nostalgie des fleurs joyeuses fanés depuis, des pépites merveilleuses de notre existence. Je voudrais comme Kery James prendre du recul pour mieux reprendre de l’élan.

Cœur et Plus: Page blanche… ( Dites ce que vous voulez )

Widlore M. : Ayant toujours trouvé à la parole quelques défauts compensés par le sublime des mots bien placés, je profite de cet interview pour te féliciter pour tout ce que tu fais. Ton talent, ta détermination, ta désinvolture, ton opiniâtreté et ta confiance inébranlable en tes potentialités sont la sève qui nourrit une bonne partie de mon quotidien.

Merci à Widlore pour ces Propos…

et Bon atterrissage à vous mes chers lecteurs !

Publicités