Conçu au départ pour faire la promotion de la musique jazz en Haiti, le Haiti jazz club s’est heurté au mutisme du genre dans la foulée des musiques populaires comme le Rap, le Hip-Hop ou encore le compas musique  vieille de 60 ans. Reconverti en club de promotion d’art et de culture, sans rejeter le jazz qui de toute façon fait parti de cet ensemble, il organise la soirée: Jazz Arts Traditions. Un coup d’essai peut-être, mais un coup de maître!

Par un samedi soir un peu fraîche, dans les 24 degré à Pacot, le club Yanvalou a acceuilli cette ambiance dites artistique.

Jazz et Floklore se succèdent, notamment avec les groupes Family Jazz et Trio Aroyo pour le jazz, tandis qu’une demi-douzaine de tambourineurs talentueux incitent les prouesses de la troupe de danse Tet Gridap!

IMG_2818.JPG
Family Jazz

 

IMG_2912.JPG
Trio Aroyo
gridap.jpg
Les danseuses de la troupe Tèt Gridap

 

L’artisanat et la mode répondant présent par le défilé des mannequins féminines arborant les bijoux de la collection Noblesse.

Une soirée réussit compte toujours un clou! Et pour  Jazz Arts Traditions, ce fut le Live Painting, ou pour être plus imagée: la création de trois tableaux, trois oeuvres d’arts réalisés par trois extraordinaires peintres durant le déroulement  de la soirée au vu de tout le public qui n’a pas caché son admiration pour les magnifiques travaux. Je crois qu’ici je ferai un peu de personnalité pour ne pas cacher la beauté du spectacle donné par: Olivier A. Gauthier, Nathania Pericles, Raynald Beaufort.

ptr

                                Olivier A. Gauthier, Nathania Pericles, Raynald Beaufort.

 

lvp
Séance de Live Painting

 

Pour ceux qui ne connaissent pas Richard Barbot, il a été présenté comme un très grand musicien de jazz et aussi comme un peintre haïtien de renomée internationale. L’hotesse de la soirée, Marie Flore Morett, nous a bien relaté sa passionante discussion avec Barbot qui compare sa pratique des deux arts,comme un mariage avec des hauts et des bas où les partenaires essaient chacun de dominer, mais qu’une fois dans l’union sacrée connaissent l’harmonie parfaite. Il a reçu une plaque d’honneur, pas pour cette discussion avec Flore, mais pour sa contribution à la culture haïtienne.

barbot.jpg
Richard Barbot reçevant sa Plaque d’Honneur des mains de Marie Flore Morett et de Claude Carré

 

Cette soirée fut, sous l’oeil de mon objectif de photographe, une amalgame culturelle, ce concept que je trouve fascinant, où l’art n’a pas de répit, pas de limite, pas de frontière, où le spectateur se permet d’être un avare, devorant en même temps des tranches de peinture, de musique, de danse, de mode, d’artisanat, de litterature avec la vente-Signature des 3 ouvrages de l’écrivain Claude Carré,un homme aux multiples chapeaux. Et, tout se déroule en même temps, plusieurs scènes en un seul site et le public autour qui fait le plein d’art, de culture, de détente.

Chacun des peintres ont signés leur tableau, les dernières notes d’un jazz rhytmé s’égrennent, le public qui fait une ovation dictent la fin d’un moment de rêve.

tableaux.jpg

Seul ombre au tableau, Yanvalou pourrait encore acceuillir des gens s’ils venaient à passer par là. Le contexte politique du pays semble ralentir la bonne marche de la vie nocturne à Port-au-Prince, mais c’etait peu pour intimider les organisateurs membres du Haiti Jazz Club parmis lesquels, Claude Carré et Christelle Pierre supporté par Christophe Denis.

ombre.jpg

Tout compte fait, L’ambiance était so jazzy, ce qui veut dire que le jazz peut faire son nid dans le registre de nos activités culturelles. Haiti Jazz Club a gagné le pari du 16 janvier 2016, alors à quand la prochaine?

IMG_2821.JPG
Le trompetiste Amazan Audoine
Publicités