Sur la scène internationale, nous sommes un problème. un sujet qui fait débat. On s’intéresse à nos incompétences , on se questionne sur notre avenir. Notre seuil de pauvreté est souligné en rouge, on attaque notre secteur touristique, on soulève l’échelle de la corruption, on montre du doigt la jeunesse  livrée à elle-même, sur la scène internationale, Haiti inquiète.

Réellement être haïtien et vivre en Haiti est inquiétant. On ne sait pas sur quel pied tenir, çà branle de partout. On attends la fin de cette crise pour lancer son affaire ou on fait vite de boucler cette transaction avant que le pays ne se ferme. On patiente un jour de plus avant d’envoyer son gosse à l’école,  on a toujours l’impression que le pire va arriver. Vivre en Haiti est inquiétant pour un haïtien,qui risque de se réveiller un matin et de ne plus pouvoir s’offrir ce sachet de sucre pour le café qui hier encore coûtait 200 gourdes, mais entre-temps, la gourde a dégringolée et le prix du sucre a grimpé. Vivre en Haiti inquiète l’utilisateur des transports en commun qui se trouve à la merci du chauffeur de tap-tap décidant sur un coup de tête dans la mi-journée d’augmenter le prix de sa course ou tout simplement de sectionner son parcours en quatre. Vivre en Haiti, être tout le temps sous le poids du doute, avoir toujours la sensation de passer à coté d’un évènement important, d’une opportunité en or, à cause d’une quelconque instabilité politique est inquiétant. On voudrait rester, mais pour faire quoi? c’est la question que se pose des millions de jeunes inquiets de la tournure de leur vie sur ce bout de terre qui leur appartient.

Haiti, pays spécial! je l’ai lu sur le mur Facebook d’un ami béninois. Il n’a rien dit de plus et pourtant, les commentaires de ses compatriotes vont tous dans le même sens. personne n’a pensé que spécial pouvait signifier, calme, beau, accueillant,merveilleux,extraordinaire…

Sommes-nous un pays spécial?

Un pays qui supporte un chef d’état dans un moment de bestialité hors norme, un pays qui applaudit l’impensable, un scénario jamais imaginé?

Un pays en manque de tout, en manque même d’un chef suprême, figure représentative d’un état, un pays en déliquescence, pour reprendre le terme à la mode, mais un pays qui danse?

Haiti, est en effet un pays spécial, le spécial qu’on connait, car le parlementaire qui devrait s’attabler à la résolution d’une crise politique inappropriée en plein 21 ème siècle, danse entouré de jeunes filles toutes nues sous les feux des projecteurs et sous les yeux du peuple qui l’a élu pour faire l’honorable boulot! Je veux bien croire qu’on a que ce qu’on mérite, car du bas de son char haut placé, on danse, on se délecte des seins et des fesses des demoiselles que je ne lapiderai pas. Comment refuser de défiler à coté du député et nue en plus?

12717656_1032936256750136_8699253292170523979_n

Voici le spécial dont on vit. le dérapage des valeurs d’une république, à partir même de ses premiers gardes.

Le carnaval, est une fête populaire extraordinaire, remplis de couleurs et de chants nouveaux, un rassemblement qui libère un peuple, être masqué pour faire tomber les masques est plaisant, amusant. C’est la fête de tous les excès, donc défiler dans un costume élémentaire comme sa propre chair n’étonne pas…Mais il temps de faire la part des choses en Haiti. Il est important de rappeler à nos dirigeants qu’ils sont en mission, qu’ils servent la patrie, nos élus doivent se rappeler que gérer un pays et à la fois danser et chanter des insanités ne marchent pas de paire avec leur fonction honorable. Déjà il y a trop à faire,trop à réparer,trop à corriger! Un artiste reste un leader, il est correct qu’un artiste s’il est qualifié passe de l’autre coté en transportant son engagement, son leadership pour un service publique. Mais ce qu’un artiste doit comprendre, c’est que servir une nation n’est pas une chanson ou un concert, surtout une nation comme la notre! On a trop à gérer pour accepter qu’un parlementaire donne des bals tous les week-end, défile a chaque occasion, crise raide ou pas! Un parlementaire qui nous coûte très cher en plus!

Sur la scène internationale, Haiti inquiète…pendant ce temps, nous on danse, on grouille! Dommage que le spectacle soit de si mauvais gout!

En attendant l’appel d’offre est lancé, qui veut devenir le prochain président d’Haïti? Fort Heureusement, les chiens ne peuvent pas répondre, c’est la faute à leur aboiement.

Sources Photos: Facebook

 

Publicités