Recherche

Shoomeatove

'' Coeur et Plus ''

Mois

septembre 2016

Non chère société,je ne suis pas homophobe!

« Si tu n’es pas homophobe, tu es forcément homosexuel! »  ( Phrase entendue)

« Massimadi Haïti est un espace de réflexion, d’échanges, de débats et de sensibilisation sur les questions du pluralisme dans un contexte haïtien, dans l’optique de participer à la création d’un monde plus équitable pour tous et toutes. Tous et toutes sont invités à participer peu importe la classe sociale, le sexe, l’identité de genre,l’orientation sexuelle ou l’appartenance à un groupe religieux ».

La première édition haïtienne du Festival se déroulera du 27 au 30 septembre 2016 à la FOKAL, à l’Institut français en Haïti, à la Cinémathèque et au café Paradox à Pétion-Ville.

homophobes
Affiche de l’évènement

Voici l’invitation qui fait tilt en ce moment, qui réveille les consciences et alimente les conversations en Haïti. L’annonce a choqué plus d’un. Les réactions sont mitigées, violentes ou agressives que ce soit du côté des détracteurs, ou des défenseurs. Personne n’écoute personne, aucun dialogue n’est ouvert, chacun tire sa boulette sur l’autre, lui qui brandit sa bible et l’autre son article de loi, l’annonce de ce festival n’apporte que mésentente et cacophonie. Ce festival artistique divise le pays.

Parce qu’après tout, ce n’est qu’un festival comme un autre. Ce sera de l’art exposé, débattu ou projeté. Sauf que l’art ici va aborder un sujet délicat: l’homosexualité.

La peur de Massimadi

Où en sommes-nous avec l’homophobie? En Haïti, nous étions loin de l’homophobie jusque là. Ce jeune homme efféminé dans le quartier fait plus rire que déclencher la colère, cette bonne femme aux allures vives, est pourtant l’amie de tous. On aime bien ses propos grossiers et ses blagues qui font se tordre de rire. On raconte que cette jeune fille prétentieuse et discrète est lesbienne, mais après un temps que vaut cette rumeur? Combien de fils et filles homosexuels qui vivent sous le toit de leurs parents, même si ceux-là sont en désaccord avec leur choix? La majorité des artistes haïtiens sont taxés d’homosexuels , en tout cas, ce n’est ce qui va les empêcher de vendre leurs disques ou de remplir leurs salles de concerts, on s’en fout pas mal. Que dire des rumeurs sur plusieurs de nos chefs d’Etats, des membres influents de l’administration publique? Les étiquettes sont collées partout et chacun finit par s’occuper de ce qui lui regarde.

Les journaux rapportent si souvent la mort de nos intellectuels, de nos jeunes étudiants, de nos braves travailleurs, braqués en sortant de la banque ou en regagnant leur demeure après une dure journée…mais vraiment infime ( je laisse une marge) la nouvelle de personnes attaqués parce qu’ils ont fait leurs choix sexuels en fonction de ce qu’il leur plaît vraiment.

Je réalise que pour le festival Massimadi, ce n’est pas l’homosexualité qui fait peur, mais la fête de l’homosexualité. C’est célébrer en grande pompe cette aberration. Parce que si vivre à côté de l’homosexuel ne dérange pas tant que ça, ce n’est pas qu’il est compris tant que ca non plus.

Ce qu’on appelle Homophobie ici

Cela m’étonne certaines fois, le calibre d’un cerveau qui se sert de ce fameux verset biblique pour condamner l’homosexualité :  » Tu ne coucheras point avec un homme comme on couche avec une femme. C’est une abomination ». (Lévitique 18:22) Comme si dans la bible, il n’existe que cette vérité. Dès qu’on essaie de relativiser, on brandit le verset qui fait taire. Dieu a parlé, tais-toi!

Alors pas question de se taire, il est question de faire comprendre à l’autre que son point de vue n’est pas correcte. l’homosexuel est un être humain avec des droits. Son choix lui appartient et il ne concerne que lui.

« Si tu n’es pas homophobe, tu es forcément homosexuel! »  ( Phrase entendue)

Grossomodo, l’homophobie! Puisque exprimé avec beaucoup de haine, de violences verbales, d’incompréhension, de refus d’écouter, d’obtempérer. Ce qu’on appelle homophobie ici, ce n’est autre qu’une conviction personnelle.

Pour ou contre Massimadi ,on a besoin de savoir ton camp afin de bien te camper. 

Pour ma part, je suis contre Massimadi-Haïti. Je suis dans l’obligation d’ajouter à chaque fois: non, je ne suis pas homophobe. Je suis plutôt réaliste. Le pays dont nous vivons actuellement n’est pas prêt pour un festival arc-en-ciel. L’heure ne sonne pas encore pour ce genre de chamboulement social. On va trop vite!

On est encore dans les manques d’infrastructures, problèmes de santé, grèves de médecins, d’enfant de 3 ans qui meurt faute de soins basiques. On est toujours dans l’insécurité grave, de cas d’assassinats gratuits, de kidnapping. Problèmes de justice, de fonctionnaires ayant pillé les caisses de l’Etat sans punition aucune. Problèmes d’éducation, des résultats scolaires effroyablement bas. Problèmes de la faim, de chômage, de pouvoir d’achat: 65 gourdes pour 1 dollar américain. On fait face à des expulsions de nos compatriotes partout pendant que des milliers d’autres se battent tous les jours pour faire la grande traversée! Nous avons un millions d’affaires urgentes à régler et je doute que faire accepter l’homosexualité d’un groupe de gens en fait partie.

Et puis, qui sont les homosexuels? Qui sont-ils? A part ces très courageux membres de l’organisation KOURAJ, (http://www.kouraj.org/) personne n’est gay, lesbienne ou bisexuel! Le coming out, cela vous dit quelque chose? Pas en Haiti, pas encore en tout cas. L’homosexuel lui-même n’arrive pas encore à assumer sa préférence sexuelle. La société pèse lourd sur son désir de se confier. De vivre sa sexualité en toute liberté. C’est un fait. Pour autant, le modèle de famille ou de relations sociales instauré depuis des siècles ne va pas s’envoler le temps de quelques éditions d’un festival. Le couple est ainsi vu: un homme et une femme. Changer ce schéma est possible mais pas à coup de provocations.

Pour l’heure le festival rencontre des difficultés. Un des partenaires se rétracte sous le poids des menaces:(FOKAL). Massimadi a justement réveillé l’homophobie de la population haïtienne qui jusque là restait latent. Deux figures de proue se dressent pour faire tomber l’idée de Massimadi-Haïti: Le sénateur Jean Renel Sénatus et Danton Léger, le chef du parquet de Port-au-Prince. On les surnomme les mousquetaires de la bonne moralité! (Léger et Sénatus) Que dire de plus: on n’avait pas besoin de ça!

Source Photos: Google.com

Publicités

Je suis célibataire et je le vis mal!

Ma copine se fait un point d’honneur de partager toutes les 5 mns avec moi un lien qui vante les joies du célibat. Je discute avec elle sur whatsapp et je vais voir cette nouvelle notification sur facebook. Eh bien, elle est partout ma copine! C’est encore elle qui vient de m’envoyer un énième site qui veut me faire croire que je n’ai personne dans ma vie juste parce que je suis une femme intelligente.

Nous sommes toutes deux célibataires. Cela veut dire que nous n’avons pas de maris. Cela veut dire aussi que nous n’avons pas de petits copains, ou vu notre âge avancé (la petite trentaine) c’est mieux de dire nous n’avons pas d’hommes dans notre vie.

Ceecee ne semble pas souffrir du fait qu’elle ne vit pas une relation amoureuse depuis 3 ans. Elle dévore les bouquins de développements personnels, se goinfre de glace au chocolat et à la vanille devant des séries télévisées, partage avec fébrilité les articles de femmeforte.com et autres du même genre et m’empêche de respirer. Plus de 5 fois par jour au téléphone avec elle…au bout de 32-35-42-55 minutes, je m’excuse pour aller faire quelque chose. Des fois, elle me demande : Mais tu vas faire quoi voyons! Une vraie Bridget Jones!

Moi, je suis differente. J’ai beau lire ces articles et études qui démontrent combien avantageux est le célibat, je n’arrive pas à m’y faire. Je n’ai pas peur de partager mon espace, de changer mes habitudes, de faire des concessions,de rendre des comptes sur mes activités…tout cela me manque grave au contraire.

Il y a qu’on me mette sous le nez, dans mes moments de déprime l’hypothèse du: prendre soin de soi pour soi-même, ou du bonheur que personne d’autre que moi ne pourra m’apporter. Je n’en disconviens pas. Si je me lave les cheveux ou si je me brosse les dents, ce n’est pas forcément pour un mec. Mais si dessous ma petite robe noir décolleté au dos, je porte cet ensemble en soie crème chanel, je rêve de ne pas l’enlever toute seule. J’aurais aimé aussi qu’une voix intime me félicite sur le choix de mon parfum, qu’un sms s’inquiète de l’endroit où je me trouve, qu’un appel me demande de ne plus tarder chez Ceecee.

« Le célibat ? Faire ce que je veux, où je veux, quand je veux, avec qui je veux » C’est une blague! Une semaine depuis que ce foutu téléphone ne sonne que pour des appels professionnels que je ne souhaite pas toujours, J’ai invité Charly à prendre un verre mais c’était l’anniversaire de sa belle-mère, je suis partie tester ce nouvel hôtel sur la côte nord, mais seule, le cadre si paradisiaque je l’ai trouvé chiant. Tout le monde était en couple ou en famille.

je déteste l’idée que je suis une femme intelligente, indépendante et que je fais peur aux mecs. Ce prétexte est plus que ridicule quand dans ce monde, on compte d’innombrables  femmes mariées, mères, professionnelles à la fois! Des bombes!

Vivre à deux, est plus difficile que tu ne le croies! Cette phrase qui devrait servir à me rassurer, sort tout droit de la bouche fardée avec soin  de mon autre amie Beebee qui m’invite à dîner pour me demander d’être sa demoiselle d’honneur. Toutes mes félicitations et longue vie à deux!

images

Et je le vis mal! Je ne suis ni fière, ni heureuse, ni épanouie! J’aimerais que cela change, qu’on tombe amoureuse de moi, que mon travail plaît à quelqu’un de particulier, que ma vie compte pour une personne qui n’est pas de ma famille, je rêve de prendre des décisions en accord avec un autre, je voudrais une oreille pour raconter ma journée, je voudrais piquer des crises de jalousies, conseiller un homme sur sa carrière ou sur son costume, j’aimerais être le choix d’un homme, j’aimerais me donner à un homme que je désire.

Aujourd’hui, est un grand jour. Je vais prendre mon courage à deux mains et régler ça avec Ceecee. Qu’elle cesse de m’envoyer ces interminables 10 manières de savourer son célibat. Je ne veux pas savourer mon manque. Mais encore, je vais envoyer balader tous ces hommes qui sont dans ma vie: ces hommes tout aussi célibataires mais endurcis, mes sexfriends!

je vais changer de statut, je vais redevenir célibataire pour de vrai!

Que peut Trump pour séduire un haïtien ?

Quand le très prestigieux journal, Miami Herald rapporte que Donald trump courtise les haitiens de la floride, on esquive tout de suite l’hypothèse de la mauvaise blague qui court les réseaux sociaux. On est en face d’un fait qui dépasse le statut divers. Trump le xénophobe, le raciste qui a tenu des propos tellement dégradants sur les immigrants et les étrangers ( les afro-américains, noirs, les musulmans, les latinos) depuis le début de sa campagne électorale a pénétré vendredi dernier (16/09/16) le quartier « Little Haïti » à Miami pour rencontrer des leaders d’origine haïtienne avec l’objectif farfelu d’obtenir leur vote et celui de la communauté haïtienne aux USA.

C’est le moment de se jeter à l’eau et de deviner quel discours va t-il tenir pour convaincre ce groupe dont il a tant craché dessus juste avant vendredi? L’exercice n’était pas très difficile quand on sait que son principal adversaire n’est autre que, je ne vais pas dire Hillary, Mais plutot « Les Clinton ».

Le clan Clinton, grand ami d’Haiti. L’ami intime qui peut laver sans aucune réticence même nos linges les plus sales, qui sans aucune retenue peut fouiller dans nos poubelles si cela peut nous venir en aide. C’est ça être un ami après tout! Être présent dans les bons, mais surtout les mauvais moments. On a vu leur tête aider après le séisme dévastateur de 2010. Ou plutôt, ils nous ont fait part de leur bonne intention d’aider à la reconstruction du pays: On compte le parc industriel de Caracole, le Marriott hôtel, et des millions de dollars américains disparus!

Voici en résumé, le bilan de la reconstruction menée de mains maîtres par le clan Clinton, toléré par un gouvernement sans foi ni loi de Martelly-Lamothe-K-plim (Evans Paul) et co qui n’a pas daigné exiger des comptes. D’ailleurs des emails rendus publiques récemment confirment ce que nous savions déjà, Haïti est l’arrière cour du clan Clinton. Donc la faille qui lie Haïti et la politique de gestion des Clinton est palpable.

D’où lui vient l’idée d’approcher les Haïtiens?

Et de tout ce bric-à-brac est né le discours séducteur de Trump. Il peut être accusé de racisme, on peut lui prêter un problème mental mais le candidat qui rêve d’interdir le sol américains aux musulmans n’est pas sot. Les incompétences de la candidate démocrate et de son clan dans le dossier Haïti-Reconstruction post-séisme, est un pion à saisir pour manipuler les haïtiens. Faire appel à leur aversion pour l’équipe Clinton. Il est clair que les haïtiens ne font plus du tout confiance à Hillary Clinton, après la destruction de la culture rizicole en Haïti,(http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17606) leur rôle dans les élections de 2010 et 2015, la reconstruction fantôme…Les démocrates sont en effet à fuir comme la peste.

Mais que peut Trump pour séduire un haitien?

Il est clair que parler de présidentielles américaines, revient à parler d’élections mondiales. Et admettez le ou non, Haïti est devenu un poids important dans la ligne de mire de la puissance mondiale. Trump veut s’en emparer, mais comment?

Je trouve quand même dommage qu’il a trouvé âme haïtienne qui vive dans les locaux du centre culturel de Little Haiti. J’espérais que personne n’irait à sa rencontre. Point n’est besoin de rapporter les nombreuses bourdes du candidat républicain, dont des chefs d’États, des leaders de son propre parti lui ont tournés le dos.(http://www.huffingtonpost.com/ruth-messinger/what-bill-clintons-mea-cu_b_517328.html) Il est aussi clair comme de l’eau de roche, que Donald J. Trump n’est pas le président qui siégera à la maison blanche avec en tête l’avenir, des projets, un plan, un rêve, une entente, un deal, une idée bienveillante pour Haïti.

Trump et son fameux slogan
Trump et son fameux slogan

Make America great again!

Redevenons donc des esclaves!  Chers descendants de Dessalines, Toussaint, Pétion… travaillons à refaire de l’Amérique ( l’Amérique des américains) le continent le plus prospère, le plus puissant, le plus immense! Faisons de Trump notre grand champion dans les présidentielles américaines!

A-t-il déjà oublié ses tirades sur les immigrants? Sur les étrangers ? Sur les sans-papiers? Les musulmans? Les mexicains? Les femmes en situation de viol? et j’en passe? Ce n’est plus un secret, les casques bleus en voulant apporter la paix et la stabilité nous ont refilé le choléra. On devrait faire plus attention aux promesses de Trump. On ne sait pas encore ce qui viendra avec.

Qui sera le prochain président d’Haïti? 

Nous sommes à l’heure des grands débats. Le groupe d’interventions en affaires publiques (GIAP) fait sa séance de questions réponses avec 5 candidats à la présidence sur 27 inscrits dans la course. Un débat de cancres à la télévision ce 20 septembre avec ceux qui prétendent vouloir nous diriger.  A qui confier les rênes de ce pays? Comment sortir de ce bourbier? Qui voter le 9 octobre prochain?

Voici la question qui devrait mobiliser l’esprit et la clairvoyance de chaque haïtien. Ni Hillary Clinton, ni Donald J Trump ne sera élu président d’Haïti pour de vrai. Choisir entre les deux de toute façon revient à choisir entre la peste et le choléra.

Voyons…on n’est pas sorti de l’auberge!

Une semaine pour aimer le burger!

Le burger week. L’évènement aurait pu être aisément canadien. Québec, Montréal, Vancouver, Toronto, Ottawa , Winnipeg, Regions du Québec des villes du Canada qui y participent. Mais la présence d’une ville étrangère lui enlève son nationalisme. Port-au-Prince est donc la seule ville hors du territoire canadien qui célèbre pendant une semaine le burger.

download (1)

Chercher le meilleur burger en ville est la nouvelle tâche pour la semaine du 1er au 7 septembre 2016. Courir de restaurant en restaurant et consommer des burgers pour la belle somme de à $15 usd maximum. Les restaurants à Port-au-Prince sont au nombre de 25. Ce qui ne rend pas l’aventure très économique au final. Mais puisqu’il faut voter, il serait sans doute plus fair-play de goûter à tous les burgers.Seulement, est-ce possible?

Au premier regard, on a tendance à détecter la futilité de l’événement et à s’étonner du fait que Port-au-Prince soit inscrite dans une telle festivité. Cependant, à part d’être un amateur de burger, une autre raison peut porter à le public à apprécier le burger week de Port-au-Prince.

 Le travail créatif des chefs: La restauration n’est pas que servir à manger. C’est aussi un art et rien qu’à la façon de monter ces burgers, on le comprend. Il faut les penser, les créer, les réaliser. Prenons l’exemple du « Clairin Burger » (Photo publiée avec l’article) ,3 chefs ont combiné leurs talents pour le présenter spécialement au public pour l’événement. Ce spectacle culinaire est disponible via ce lien: Les burgers de Port-au-Prince

Sinon pour les restaurateurs, on prévoit une belle affaire tant que les gens peuvent sortir et manger pleins de délicieux burgers.

Et puis le jeu, celui de partager les photos pendant la semaine! L’évènement invite à le faire avec ce mot-clic: #leburgerweek sur Facebook et Instagram.

Au final, il faut voter. Rien de plus simple. Il faut juste avoir un compte facebook et de visiter le site http://leburgerweek.com/

Petit conseil pour les goûteurs de Burgers: Prévoir pour la semaine prochaine un petit régime détox!

A vos Burgers!

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :