Jour d’élections historiques aux Etats-Unis. Un mardi 8 novembre marqué par l’anxiété. Le reste du monde regarde l’Amérique la peur au ventre. Le vent souffle fort et montre les dessous de la tunique du monde libre. La démocratie a pris tout son sens durant cette journée électorale américaine. Donald Trump et Hillary Clinton,un match serré, chacun d’eux à tout juste quelques pas de siéger à la maison blanche. Belle leçon de démocratie!

Je ne m’attendais pas à ce que la démocrate Clinton rafle tous les Etats,je savais bien que son homologue républicain etait soutenu par plus de gens qu’on ne pourrait le penser. Mais dans un coin de la tête, je me disais en même temps: Ils n’oseront pas! Ils n’oseront pas bafouer ainsi la démocratie, ils ne feront jamais ça au reste du monde: Élire Donald Trump comme le président des Etats-Unis d’Amérique.

Sans être une experte en statistique,j’observe Donald Trump grimper dans les baromètres avec effroi.J’ai compris qu’une seule faille,juste une secousse peut le propulser à la tête du monde libre. Les carottes sont presque cuites et je recherche pourquoi le feu brûle si bien et si vite?

La réponse est simple. Parce que l’Amérique a voté.

Si environ 60% des américains sont réticents à accordé leur vote et leur confiance à Hillary Clinton en raison de son manque de transparence, ses secrets, ses faibles convictions, des décisions regrettables, des scandales répétées…on sait au moins pourquoi ils ont voté allègrement.

La tenue très serré du scrutin américain prouve que Trump n’est pas le détraqué dont tout le monde déteste. Il est véritablement la voix de la majorité silencieuse. Il est celui qui porte en de nombreux discours de campagnes, de tweets haineux, d’entrevues loufoques le vrai rêve américain. Le grand Amérique prônant le manque d’humanisme, l’intolérance, la haine envers les journalistes, la discrimination, le sexisme, l’allusion à la violence, la misogynie…

Heureusement qu’il y avait eu Trump! L’américain modèle à la trop grande gueule. l’Amérique ne peut plus se cacher.

Je viens d’un pays où les promesses électorales n’ont qu’un seul qualificatif, celui d’être des promesses électorales. « N’ayez crainte, rien de tout ceci ne sera appliqué en vérité ».
Alors je me pose la question,et si Trump se prenait à respecter ses promesses?

Il faudrait pour cela qu’il soit élu 45ème Président des Etats-Unis. Et si le monde n’avait pas besoin de cette catastrophe?

Publié le : 9 novembre 2016 à 1 h 25 min

Publicités