download

Vivianne Gauthier, cette figure légendaire de la danse traditionnelle haïtienne s’est éteinte le jeudi 1er Juin à l’âge de 99 ans. Cette nouvelle attriste énormément tout un pan de ce pays qui l’a aimé et adulé de son vivant. Vivianne ne manquait pas d’amour autour d’elle, des hommages, des distinctions et prix prestigieux, elle en a reçu le cœur battant encore. Je crois qu’elle ne serait guère étonnée de voir l’émoi de ce pays à la triste nouvelle de sa mort.

Pour ma part, je ne l’ai jamais rencontré. Mais elle était pourtant une enseignante hors-pair dans ma vie. Ce n’est pas la danse que j’ai appris d’elle, mais une leçon tout aussi capitale à l’évolution de ma personne. La leçon de Vivianne, résonne comme un mantra dans ma bataille de vie quotidienne. Je la répète à chaque fois que je sens le courage m’abandonner. Réciter cette leçon m’a aidé à me sortir la tête de l’eau et gagner la surface mainte et mainte fois.

« Vivianne Gauthier a commencé à danser à l’âge de 30 ans » ai-je appris un jour en lisant un article sur elle. Depuis, cette femme que je n’ai pas eu le privilège de côtoyer m’accompagne dans mes moments les plus durs: « les doutes ». A chaque fois, que je pense qu’il est trop tard, que ce n’est plus le moment, que je n’y arriverais pas…Vivianne me vient à l’esprit. Encore, ce mardi…pendant qu’elle se débattait avec la maladie, la décrépitude de son corps, pendant qu’elle se préparait pour son dernier voyage, elle m’a aidé à me relever d’une petite crise existentielle.  J’ai repris force et eu envie de continuer ce combat que pourtant j’étais prête à abandonner.

images (1)

Cette femme-mapou a été et restera pour moi une grande source d’inspiration et de motivation. Je me rappelle mon admiration pour elle, la voyant poser en justaucorps, sa tenue de danseuse à plus de 80 ans. Ou encore en la voyant sur le parcours pour un défilé au carnaval, altière, fière et souriante. Dans une publicité à la télévision à plus de 90 ans. Sa passion et son amour pour la danse ont affrontés son âge. Elle a dansé toutes les fibres de son corps, tout le temps qu’elle pouvait le faire.

vivia

Ce qui est admirable chez elle, c’est qu’elle s’en va en paix, légère, libre. Sa danse ne l’encombrera pas dans sa traversée, elle a pris soin de la transmettre. Son héritage est partagé avec des milliers d’autres personnes qu’elle a formées. La pionnière de la danse folklorique en Haïti restera en vie dans les pas et les saccades de ses nombreux  élèves et amis.

Bonne traversée Vivianne Gauthier, que le son des tambours t’accompagne tout le long de ton voyage. Quant à moi, je n’oublierai jamais que tu n’as commencé la danse qu’à 30 ans. Que tu n’as pas laissé le temps faner tes rêves, mais que tu as pris le temps comme témoin de ta passion.

Vivianne,la flamme! Un extrait de « 6 femmes d’exception » d’Arnold Antonin à regarder absolument!

Et vous, avez-vous connu la doyenne de la danse traditionnelle en Haiti? Vous pouvez partagez en commentaire une anecdote, un souvenir, une information que vous avez au sujet d’elle…In Memoriam!

Merci de votre lecture!

Publicités