Recherche

Shoomeatove

'' Coeur et Plus ''

Catégorie

Poésie

bold.jpg

J’aime le silence de nos baisers

Nos baisers, ces moments de rapides étreintes

Nos deux corps qui s’entretiennent par un dialogue violent

Un dialogue rempli de mots

De mots silencieux

Nos Baisers, ces moments d’attachement et de détachement total

Ce cœur à cœur facile, naïf, niais

Qui crie l’extase

Un cri vide de mots

Nos baisers, ces croisements spontanés

Où la pensée invite à la danse

La danse des sens

Sur des notes arrachées au silence

J’aime le silence de nos baisers

Chut! Baisons tout bas

En silence !

Publicités

À LA TIENNE!

À ta santé
Je bois,
Sans regarder dans le miroir
Pour ne pas voir mon âme meurtrie, blessée pour avoir été trop généreuse
À ta santé
Je baise,
Sans rien perdre du flot des coups de boutoirs
Pour oublier le ton mièvre de tes murmures à mes oreilles avides de promesses
À ta santé
Je fume,
Sans oublier d’ouvrir les clos
Pour laisser partir tes mensonges au gré de la fumée envahissante
À ta vie
je souris,
Pour t’emcombrer du poids de mon regard
Mon regard qui sourit
Mon regard lourd
Mon regard qui sait tout
Mon regard , mon regard
Mon regard que tu ne perceras plus jamais

 

Source Photo: Google.com

CONCESSION

 

Ta Gueule, si tu veux!
Ma Gueule, si je veux!

C’est comme on veux!

Moi, je veux crier ma jouissance
Moi, Je veux couiner ma veine
Moi, je veux piailler ma délice
Moi, je veux gémir mon inassouvissement

Ce n’est pas une engueulade
si toi, tu veux fermer ta gueule
et que ma gueule veut déborder

j’ai cueilli mon lys, à moi d’avaler la sève
je l’ai eu mon lys, laisse ma gueule saliver

toi, ferme ta gueule, et ramène mon lys

 

Source Photo: Google.com

Bon ou mauvais signe?

On ne compte plus les signes, c’est plutôt mauvais signe.
Car, le jour a perdu de sa clarté.
le vent ne souffle plus pareil, de doux et rafraîchissant il est devenu sec et violent.

On ne compte plus les signes, c’est plutôt mauvais signe.
Car, le mystère des astres n’y est plus.
La lune se dévêtit de sa robe banche et les étoiles abandonnent les cristaux.

On ne compte plus les signes, c’est plutôt mauvais signe.
Car, La mer se change en glace.
Autant qu’il perd de son sel, autant que la chaleur le fuit.

On ne compte plus les signes, c’est plutôt mauvais signe.
Car, La nuit se maquille en blanc.
Les chats sont jaunes et l’horloge danse.

On ne compte plus les signes, c’est plutôt mauvais signe.
Car, la musique grince et colle.
Jamais mélodie n’a été aussi amère.

Malgré tout, la terre continue sa roulade effrénée
Maintenant sa vitesse et son cap
Supportant intempéries et autres rafales
Se moquant du temps qui court, des larmes et des états d’âmes
La terre ronde, jamais losange.
On ne compte plus les signes, c’est peut-être bon signe!

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :